basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

06.12.19 | Les mauvaises ondes

Une semaine après sa courte défaite à Marseille, le Stade Brestois a quitté Lille également avec des regrets, mais pas forcément les mêmes. Battus 1-0 par les Dogues, les Ty-Zefs, enquiquinés par les blessures, ont beaucoup couru après le ballon en première période mais ont ensuite montré de belles choses. Gautier Larsonneur, impérial dans le but, a longtemps maintenu l’espoir du SB29 de revenir dans la partie. En vain.

Sans une pression démesurée, suite à son large succès contre Strasbourg (5-0, le Stade Brestois, avec un groupe élargi, avait pris dès mercredi la direction du Nord pour slalomer entre les grèves et se mettre dans les meilleures conditions pour ce match chez un des trois représentants français en Ligue des Champions. Si l’aventure européenne va rapidement prendre fin pour les Lillois, le championnat est devenu depuis quelques semaines leur priorité et leur progression au classement est là pour le démontrer.


Dans la tête des Ty-Zefs, il y avait forcément la volonté de surfer sur la démonstration servie face à Strasbourg et surtout gommer la prestation manquée et les frustrations du Vélodrome. Les entraîneurs le disent et le répètent, dans une semaine à trois matches, le dernier est toujours le plus compliqué. Olivier Dall’Oglio a ainsi pu s’en rendre compte avant même le coup d’envoi quand, Ibrahima Diallo, sentant une douleur au mollet, était contraint de céder sa place de titulaire à Haris Belkebla. Il ne fallait pas plus de vingt minutes supplémentaires pour que le coach brestois soit encore dans l’obligation de changer ses plans après l’alerte aux ischios de JC Castelletto.

Les ondes de la soirée ne s’annonçaient pas au top car déjà, juste avant l’entrée en jeu de Dénys Bain à la place de Castelletto, les Lillois avaient trouvé la faille. En infériorité numérique, le SB29 subissait là un vrai but d’attaquant d’Osimhen aux 6 mètres après un bon travail d’Ikoné. Avant cela, deux petites alertes, par Osimhen déjà dont le retourné était claqué par Larsonneur (12e) puis par Ikoné dont l’enchaînement trouvait également le portier brestois (15e). Et après, pas grand chose finalement côté nordiste. Chez les Bretons, Cristian Battocchio, en chaleur mardi face à Strasbourg, tentait sa chance de loin mais c’était contré par le dos d’André (29e) et Paul Lasne, au bout d’une jolie action collective, voyait sa demi-volée partir au-dessus du but juste avant la pause (45e).


Au terme de ce premier acte, il était aisé de constater que les Brestois avaient beaucoup couru après le ballon mais tout aussi facile de comprendre qu’il y avait bien quelque chose à faire, s’ils parvenaient à se lâcher.
Irvin Cardona allumait la première mèche suite à une belle ouverture en profondeur mais Maignan était sur la trajectoire (48e). S’en suivaient dix minutes de coup de chaud sur le but brestois. D’abord un coup franc de Sanches au premier poteau obligeait Larsonneur à se détendre puis à s’interposer sur la reprise de Xeka (53e). Bamba trouvait ensuite Ikoné dans la surface mais la frappe du Lillois était là encore stoppée par le gardien brestois (55e). Et enfin Bamba s’offrait un déboulé conclu par une frappe et la même conclusion (58e).

Les Ty-Zefs restaient à l’affût et l’entrée en jeu de Gaëtan Charbonnier offrait une solution supplémentaire pour une ligne offensive qui commençait à se créer des situations intéressantes. Mais ni Cardona, ni Mendy, ni Charbo ne parvenaient à trouver la faille et alors qu’on était entrés dans le temps additionnel, M. Wattelier désignait le point de penalty de manière très sévère sur une sortie de Larsonneur dans les pieds de Bamba. Celui-ci voyait sa tentative stoppée par l’homme de la soirée côté brestois (90e+2). Presque anecdotique finalement car le score en restait là.
Le Stade Brestois pouvait quitter le Nord avec des regrets mais aussi la sensation d’avoir rendu une meilleure copie que la semaine précédente à Marseille. Samedi prochain, c’est Nice qui s’avancera à Le Blé, l’occasion d’arrondir encore un peu plus le pécule amassé avant la trêve.


(crédit photos : LOSC)