basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

Une histoire de jeunesse

Avec 38 points au compteur avant le coup d’envoi, la formation rémoise accueillait ce samedi les Brestois au stade Auguste-Delaune. Si les hommes d’Hubert Fournier (8e) ont la particularité d’avoir des problèmes d’efficacité offensive, la réception de Brest fut l’occasion pour les Marnais de procéder à des ajustements en apportant de la fraîcheur devant avec la titularisation de l’ivoirien, El Bilal Touré. Un choix qui se révélera être payant pour les locaux en titularisant le jeune attaquant de 18 ans, auteur de l’unique but de la soirée. Les Brestois, face à une défense de fer, la meilleure du championnat, se confrontèrent comme ils s’en doutaient à un bloc compact et solide. Pourtant, à plusieurs reprises, avec un pénalty accordé et une supériorité numérique en fin de rencontre, les Ty-Zefs auraient pu revenir dans la partie. Mais c’est une défaite à l’arrivée. Une soirée frustrante pour le Stade Brestois qui a de nouveau fait les frais de sa jeunesse.

 

 

Les Brestois se déplaçaient ce samedi à Reims avec l’ambition de glaner au moins un point, synonyme d’avancée dans leur objectif de maintien dans l’élite. Pour le coup, Olivier Dall’Oglio remettait en place son 4-2-3-1 avec la titularisation d’Alexandre Mendy en pointe et d’Ibrahima Diallo devant la défense. Le dernier match du milieu de terrain datait du 11 janvier dernier lors du déplacement à Toulouse, écarté des pelouses en raison d’une blessure aux ischios. Les autres changements concernaient Gaëtan Charbonnier et Irvin Cardona qui prenaient place sur le banc.

 

C’est le pied au plancher que les Rémois attaquaient la rencontre en multipliant les offensives. Le danger était clairement dans les 30 derniers mètres brestois avec notamment une énorme occasion rémoise à la 4e minute. La frappe croisée de Cassama Moreto Moro s’écrasait sur l’équerre de la cage de Larsonneur, qui faillit être bien surpris. Les Rémois, très entreprenants, continuaient, sans répits, leur pressing haut en harcelant des Brestois retranchés dans leur camp. Quelques échappées sur le couloir gauche (Grandsir) ou dans l’axe (Battocchio) semblaient à même de percer la défense rémoise. Ces attaques étaient surtout l’occasion pour les Brestois de souffler et de remonter le bloc. De nouveau, à la 12e minutes, sur un corner rémois, le ballon tombait devant la cage de Larsonneur qui effectuait un superbe arrêt. Encore une énorme occasion à mettre sur le compte des locaux. La partie était très mal engagée pour les Ty-Zefs. Ibrahima Diallo n’imaginait certainement pas un retour aussi difficile pour sa reprise et son 50e match sous les couleurs du Stade Brestois.

 

Et puis, comme un cadeau venu du ciel, Yoann Court fut accroché dans la surface de réparation par le défenseur Konan et obtenait un pénalty ! Contre le cours du jeu, les Brestois avaient la possibilité de faire mal et prendre l’avantage au score dans cette partie très mal engagée. Le penalty tiré par Alexandre Mendy fut malheureusement arrêté par Rajkovic. Galvanisés par l’arrêt de leur portier, les Rémois continuèrent à mettre la pression jusqu’à la 37e minute et l’ouverture du score. Le jeune attaquant Touré coupa au premier poteau un centre à ras de terre de Doumbia et dévia le ballon au fond des filets. Sur le score de 1-0, les 2 formations regagnèrent les vestiaires. Pause attendue par les Brestois en totale souffrance, à tous les niveaux, sur cette première période.


 

La 2ème mi-temps débutait sans changement dans le onze brestois. Les Ty-Zefs montraient d’ailleurs plus d’envie et se mirent enfin à jouer et à inquiéter cette équipe de Reims.
Un tout autre visage. Ce score de 1-0 donnait également l’espoir accessible d’égaliser. C’était à leur tour de prendre la main et d’être dangereux comme avec cette action, à la 51e, sur un centre de Perraud, Grandsir contrôlait puis tentait un retourné. Mendy déviait le ballon de la tête mais Rajkovic se saisissait du ballon. Reims gérait tranquillement le score, et Brest courrait après. À la 66e minute, coach ODO décidait alors de faire rentrer du sang neuf et procédait à un double changement. Yoann Court cédait sa place à Irvin Cardona tandis que l’ancien rémois Gaëtan Charbonnier remplaçait Alexandre Mendy. S’en suivait, comme un nouveau cadeau, un 2ème carton jaune pour Konan, synonyme d’expulsion, sur une faute sur Belaud. Menés au score, les Rouge & Blanc avaient les cartes en main : deux joueurs offensifs frais et une supériorité numérique. Les feux repassaient au vert pour les 20 dernières minutes

Les Brestois eurent logiquement davantage le pied sur le ballon et se rapprochaient enfin du but rémois. Mais, par manque de justesse dans le dernier geste, restaient inoffensifs. Le Stade de Reims faisait bloc, comme il sait le faire, ne laissant que peu d’espace aux Brestois, et gérait comme il faut cette fin de rencontre. Décidément, ça ne souriait pas aux Brestois, comme depuis le début de la rencontre, qui ne profitaient pas de leur supériorité numérique. Les minutes défilèrent jusqu’au coup de sifflet final. Une grande déception envahissait alors le camp brestois. Olivier Dall’Oglio regrettait « un manque de communication entre les joueurs » en conférence de presse. « On reste encore naïfs sur les détails. On perd des ballons ... ça manque de maturité ». Espérons que cette défaite sera constructive pour l’avenir des Brestois. Le maintien n’est pas encore acquis, il va falloir batailler encore pour prétendre garder sa place dans l’élite. Voilà, tout du moins, la leçon de la soirée.

 

 

© Crédit photo : Stade de Reims